Un crédit immobilier est souvent nécessaire pour l’achat d’un bien immobilier. Pour bénéficier d’un crédit pour financer son projet d’achat immobilier, il faut remplir certains critères, et respecter certaines règles. Justement, ces critères d’octroi du crédit immobilier vont bientôt changer, et même devenir plus contraignants. Explications.

Tout ce qui va changer sur le crédit immobilier !

Le 14 septembre, )le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) a annoncé l’application prochaine de nouvelles règles concernant le crédit immobilier. En effet, le HCSF a décidé de faire quelques changements, notamment au niveau de la durée de remboursement. Une fois les nouvelles règles en vigueur, cette durée ne peut plus dépasser le seuil de 25 ans, sauf dans certains cas spécifiques. La banque peut « exceptionnellement » vous accorder un prêt sur 27 ans, par exemple dans le cas d’un projet de construction nécessitant un différé.

Les règles changent également concernant le taux d’endettement. Si ce dernier tournait jusqu’ici autour de 33%, le Haut Conseil a cette fois-ci décidé de fixer une limite « officielle » de 35%. En pratique, si vos revenus s’élèvent par exemple à 2 000 euros par mois, vous pouvez octroyer un prêt avec des mensualités de 700 euros.

A noter que ces nouvelles limites concernant le crédit immobilier entreront en vigueur le 1er janvier 2022, et que les banques pourront quand même accepter 20% de dossiers « hors des clous ». Les banques et leurs futurs emprunteurs peuvent déjà ainsi se préparer à faire face à ces nouvelles règles contraignantes.

Attention aux sanctions !

Si les conditions d’octroi du crédit immobilier étaient encore assez « flexibles » jusqu’ici, le Haut Conseil de stabilité financière a ainsi décidé d’être plus stricte. En d’autres mots, les banques devront respecter les règles sous peine de se voir appliquer des sanctions.En cas de non-respect des règles, l’ACPR (le gendarme des banques !) pourra être amené à sanctionner les banques qui attribueront « fréquemment » des prêts non conformes. Les sanctions pourront être des blâmes et des sanctions financières dont les montants n’ont pas encore été révélés.

De leur côté, les emprunteurs devront obligatoirement avoir un apport personnel s’ils souhaitent obtenir un crédit.

Quel impact chez les emprunteurs ?

Cette décision de limiter à 25 ans la durée de remboursement et de fixer le taux d’endettement maximum à 35% aura bien évidemment un impact auprès de ceux qui souhaitent devenir propriétaire. L’apport personnel obligatoire est la contrainte qui impactera les acquéreurs les plus modestes.